الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
jeudi 23 novembre 2017
 
 
 
A la une

M. Khalihenna Ould Errachid, Président du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes, a reçu, vendredi, au siège du Corcas à Rabat, le Haut Commissaire des Nations Unies aux réfugiés, M. Antonio Guteress, qui effectue actuellement une visite au Maroc, dans le cadre d’une tournée qui l’avait conduit dans les camps de Tindouf et à Alger.



Les entretiens entre MM Ould Errachid et Guteress ont traité de l’évolution de l’affaire du Sahara, l’initiative marocaine d’autonomie, les relations avec la représentation du HCR au Maroc, ainsi que de la situation des citoyens marocains retenues dans les camps de Tindouf et le devenir de l’aide humanitaire face au refus de la part d’Alger et du Polisario de permettre le recensement des retenus dans les camps par le Haut Commissariat et les associations humanitaires internationales.

M. Guteress avait déclaré à la télévision marocaine, la veille, que le Haut Commissariat a baissé le volume des aides aux habitants des camps de Tindouf à une capacité de 90000 personnes, au lieu des 158000 personnes qui étaient précédemment distribué.

"Nous avons réduit notre aide en matière alimentaire sur la base des estimations que nous avons et qui sont inférieures aux chiffres donnés par les autorités algériennes", a-t-il expliqué.

"La décision que nous avions prise a été contestée. Pour la changer, il faut un recensement qui n'a rien avoir avec le processus politique", a-t-il dit.

"Pour changer la situation actuelle (réduction de l'aide), décidée sur la base des estimations du HCR, il faudrait un recensement qui n'a rien à voir avec le processus politique", a souligné M. Guterres, indiquant que l'Algérie s'était opposée au recensement des populations des camps de Tindouf, et qu'elle fournit toutefois au HCR des chiffres plus élevés que les estimations des Nations Unies.

Il a, par ailleurs, fait remarquer que "l'Algérie a demandé l'augmentation de l'aide accordée aux camps de Tindouf, mais le HCR a répondu que cette augmentation reste liée à un recensement des populations de ces camps".

Toutefois, a-t-il déploré, "l'Algérie n'a pas accepté la réalisation de ce recensement", précisant que le "HCR n'a pas aussi changé ses estimations sur le nombre de personnes vivant dans les camps de Tindouf" (90.000), effectuées en 2005.

Il faut rappeler que le Président du Corcas, M. Ould Errachid avait adressé une lettre à M. Guteress au sujet de la situation humanitaire dans les camps de Tindouf, en date du 30 janvier 2007.

Il y avait évoqué le plan du Polisario et d’Alger au sujet de la surévaluation du nombre des habitants des camps, en criant à la famine qui menacerait dans les camps. Le Président a estimé que l’existence des camps n’a pas fini d’être évoqué pour l’exploitation des aides internationales. En réalité sans ces camps, le Polisario n’aura aucune existence, ainsi, le flux des aides devient une question politique et commerciale.

M. Khalihenna a ajouté dans sa lettre au Haut commissaire, dont il aussi adressé une copie au directeur du Programme alimentaire mondial (PAM), que le Polisario utilise depuis plus de 30 ans les habitants des camps de Tindouf  comme un instrument de troc, comme fond commercial, inépuisable, pour attirer les aides que certains dirigeants du Polisario détournent et déversent sur divers marchés en Mauritanie, Algérie et Mali. 

Le Président du Corcas avait demandé au Haut commissaire que les aides se poursuivent sans interruption, à condition qu’elles arrivent aux personnes à qui elles sont effectivement destinées.

Il a ajouté que cela n’est possible qu’avec la direction directe du HCR et du PAM, pour la distribution des aides aux habitants des camps, avec la réalisation d’un recensement honnête des personnes, en obligeant le Polisario a laisser les gens dans la privation rentrer chez eux en évitant de les utiliser comme une arme politique.

Le Haut Commissaire du HCR, avait effectué, hier, jeudi des entretiens avec le Premier Ministre M. Abass El Fassi, le Ministre de l’Intérieur M. Chakib Benmoussa, le Ministre des Affaires étrangères, M. Taieb Fassi Fihri, le Ministre de la justice, M. Abdelouahed Erradi,  ainsi qu’avec M. Ahmed Harzenni, Président du Conseil Consultatif des droits de l’homme.

Ont été présent à la rencontre, le Secrétaire Général du Corcas M. Maouelainin Benkhalihenna Maouelainin, le Vice-président M. Khadad El Moussaoui M. Moulay Ahmed Mghizlat, membre du Corcas, ainsi que M. Omar Hilal, l’ambassadeur permanent du Maroc auprès des Nations Unies à Genève. 

 

 

 

 

Source : Corcas
- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2017