الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
samedi 19 août 2017
 
 
 
A la une

La persistance de l'Algérie et des séparatistes dans leur refus de recenser les populations des camps de Tindouf entrave la mission du Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, M. Antonio Guterres, en visite actuellement dans la région, a souligné M. Ahmedou Ould Souilem, ex-dirigeant du "polisario".

M Ould Souilem, qui a récemment regagné la mère-patrie, a dénoncé dans une déclaration mardi à la MAP, la tendance de l'Algérie et des séparatistes à gonfler délibérément le nombre des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, rappelant que le "polisario" avance le chiffre de 160.000, alors que leur nombre exact ne dépasse guère 50.000.

Les séparatistes avancent ces chiffres mirobolants à des fins inavouées pour s'adonner au commerce des aides humanitaires destinées aux séquestrés de Tindouf, a-t-il fait remarquer.

M Ould Souilem a vivement dénoncé l'attitude de l'Algérie qui entretient l'opacité sur le nombre réel des séquestrés, s'interrogeant sur les motivations réelles de ce pays qui se dit désintéressée à propos de cette question, mais rechigne à divulguer le chiffre réel et interdit de surcroît aux organisations internationales d'avoir des contacts directs avec ces populations.

"Si le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés accorde des aides pour 160.000 personnes on est en droit de s'interroger sur la destination de l'excédent pour les 50.000 restants", s'est-il demandé, appelant cette institution à faire la lumière sur cette question pour que les organisations humanitaires puissent apprécier de manière pertinente la situation tragique des populations séquestrées à Tindouf.

M. Ould Souilem a également appelé le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés et les autres organisations humanitaires à faire pression sur l'Algérie et le " polisario " pour permettre le recensement des populations des camps de Tindouf, " qui vivent à la merci des aides européennes, alors qu'ils pourraient très bien s'en passer".

Cette situation inhumaine s'étend à tous les aspects de la vie dans les camps, à savoir l'enseignement, la santé et l'habitat, a-t-il ajouté.

Le Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés en visite en Afrique du nord

Ci-dessous le résumé de la déclaration faite par Andrej Mahecic, porte parole du Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR), pendant la conférence de presse qu’il a tenu le 8 septembre 2009, au Palais des Nations à Genève :

Le Haut Commissaire M. Antonio Guteres se rend aujourd’hui à Alger pour une visite de cinq jours en Algérie et au Maroc, qui comprend des réunions avec les principaux responsables gouvernementaux des deux pays, ainsi qu’une visite au territoire et aux camps de réfugiés de Tindouf dans l’ouest algérien, pour voir la situation de près sur les lieux et évaluer les conditions générales des réfugiés.

M. Guteres passe en revue aussi, le programme des dispositions pour construire la confiance, qui est dirigé par le HCR pour traiter les conséquences de la longue séparation entre les -réfugiés sahraouis des camps de Tindouf et leur familles sur le territoire, faciliter le programme de gestion des dispositions de construction de la confiance, qui a débuté en mars 2004, les visites familiales, qui met à disposition le service de téléphone gratuit dans les camps de réfugiés leur permettant de communiquer avec les membres de leurs famille sur le territoire.

La délégation du Haut Commissariat aux réfugiés coïncidant avec le mois sacré de ramadan, se veut aussi une forme de solidarité avec les habitants de la région. C’est aussi, la 1ière délégation du HCR depuis 1976.

L’arrivée des réfugiés sahraouis en Algérie a débuté à la moitié des années 70. Le HCR a travaillé pour accorder l’aide à ce groupe depuis le début de son arrivée dans la région de Tindouf  en 1975-1976.

Pendant sa visite en Algérie et au Maroc M. Guteress discutera de la question de la protection des réfugiés en Afrique du nord, ainsi que les efforts menées par les gouvernements concernés dans le processus de construction de processus nationaux des réfugiés

Source : MAP
- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2017