الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
samedi 19 août 2017
 
 
 
A la une

Le Président américain Barak Obama a déclaré dans une lettre adressée, le vendredi 3 juillet courant, à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que les Etats-Unis et le Maroc partagent les mêmes valeurs de paix, de justice, de progrès et de tolérance.



La lettre du Président Obama a été particulièrement consacrée à deux sujets : le dossier de la paix au Moyen Orient et l’importance du rôle du Maroc pour la poursuite du processus de paix, d’une part et de l’autre, le dossier du conflit sur le Sahara occidental, ainsi que la volonté de l’administration américaine de poursuivre ses efforts pour le régler.

M. Obama a affirmé dans sa lettre, en réponse à une lettre que Sa Majesté le Roi lui a envoyé, qu’il partage la position du Royaume du Maroc, et qui considère que les Nations Unies constitue le cadre adéquat pour le règlement de la question du Sahara.

Il a exprimé l’espoir que l’Envoyé onusien dans la région, Christopher Ross, réussira dans sa mission.

"Je partage votre engagement que les négociations menées sous les auspices des Nations unies constituent le cadre approprié permettant de parvenir à une solution mutuellement acceptable, et j'espère que Christopher Ross, un diplomate chevronné ayant une large expérience de la région, pourra promouvoir un dialogue constructif entre les parties", a ecrit le Président Obama à SM le Roi.

La lettre du Président américain n’évoque ni de près, ni de loin, aucun changement dans la position américaine à propos du conflit sur le Sahara. Elle ne soutient pas non plus, l’avènement d’un quelconque Etat indépendant dans la région du Sahara, ou la tenue d’un referendum d’autodétermination, tel que l’a prétendu la machine propagandiste des partisans du séparatisme.

Par contre le Président Obama a estimé dans sa lettre à SM le Roi, que le Maroc est un médiateur efficace pour rapprocher les points de vues dans le conflit israélo-palestinien.

Il a réaffirmé à cet égard, sa confiance, en l’utilité de l’action commune maroco-américaine pour l’instauration des fondements de négociations fructueuses en faveur de la paix au Moyen Orient.

Le Président Obama a indiqué qu’il partage la position du Maroc sur l’utilité des négociations sous l’égide des Nations Unies, pour trouver une solution "mutuellement acceptable", dans le dossier du Sahara, en ajoutant : "j'espère avoir l'occasion de discuter avec Vous de toutes ces questions et d'œuvrer ensemble au renforcement de la relation historique entre le Maroc et les Etats-Unis".

Il ajoute :  "mon gouvernement travaillera avec le Vôtre et d'autres parties dans la région, afin de parvenir à une solution qui réponde aux besoins des populations, en termes de gouvernance transparente, de confiance en l'Etat de droit et d'une administration de justice équitable".

Dans son commentaire de la lettre du Président américain, le porte-parole du gouvernement marocain a indiqué, pendant un point de presse qui suivait le dernier Conseil de gouvernement,  que pour la question de l'intégrité territoriale du Maroc, "à travers ce message, on observe une convergence entre la position du président américain et l'approche marocaine qui ne présente aucune antinomie aux constantes de la Nation".

Dans ce qui suit le texte intégral de la lettre du Président Barak Obama :

"Majesté,
Je Vous remercie pour Vos aimables lettres relatives à l'amélioration des relations entre les Etats-Unis et le monde musulman, ainsi qu'à Vos préoccupations concernant Jérusalem et le Sahara occidental. J'espère avoir l'occasion de discuter avec Vous de toutes ces questions et d'œuvrer ensemble au renforcement de la relation historique entre le Maroc et les Etats-Unis. J'apprécie Votre engagement pour le renforcement des fondements du dialogue et du respect mutuel entre les nations, ainsi que pour la réalisation de la paix au Moyen-Orient, sur la base de nos convictions partagées. Au Caire, j'ai exprimé ma volonté d'œuvrer pour un «nouveau départ» entre les Etats-Unis et les Musulmans partout dans le monde.J'ai souligné que nous partageons des principes communs de justice et de progrès, de tolérance et de dignité pour tous les êtres humains. Ces principes devraient nous inspirer à atteindre une paix globale qui comprend une solution à deux Etats et une résolution rapide du conflit arabo-israélien.

En tant que président du Comité Al Qods, Vous pouvez contribuer à ce que ses membres agissent de manière constructive en vue de la réalisation de nos objectifs communs. Je suis confiant que nous pouvons travailler ensemble pour mettre en place les bases de négociations fructueuses en faveur de la paix pour tous les peuples de la région. Il est évident que ces négociations ne peuvent aboutir que si nous arrivons à convaincre les parties à s'y engager de manière constructive. Je les ai appelées toutes à remplir leurs obligations. Pour Israël, cela inclut l'arrêt des implantations, le démantèlement des avant-postes et la levée des barrages. S'agissant des Palestiniens, cela implique qu'ils continuent de renforcer leurs forces de sécurité afin de combattre le terrorisme, de mettre fin à son incitation et de réformer leurs institutions pour la création d'un Etat palestinien. Les pays arabes ont également des responsabilités : aujourd'hui, plus que jamais, l'Autorité palestinienne a besoin de l'appui financier et politique des pays arabes pour concrétiser la vision d'une paix durable et contrer les tentatives visant à la saper.

Les pays arabes devraient s'appuyer sur l'engagement de l'Initiative Arabe de Paix pour entreprendre des gestes envers Israël, allant dans le sens de la fin de son isolement dans la région. J'espère que le Maroc, comme par le passé, sera un leader dans la promotion de la réconciliation entre Israël et le monde arabe.
Comme je l'avais dit au Caire, si nous réussissons, Jérusalem pourrait devenir un foyer sûr et permanent pour les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans, un lieu où tous les fils d'Abraham pourront cohabiter ensemble et en paix.

 Je réalise l'importance que revêt la question du Sahara occidental pour Vous, Votre Royaume et toutes les populations qui ont souffert à cause de ce conflit. Je partage votre engagement que les négociations menées sous les auspices des Nations unies constituent le cadre approprié permettant de parvenir à une solution mutuellement acceptable, et j'espère que Christopher Ross, un diplomate chevronné ayant une large expérience de la région, pourra promouvoir un dialogue constructif entre les parties.

Mon gouvernement travaillera avec le Vôtre et d'autres parties dans la région, afin de parvenir à une solution qui réponde aux besoins des populations, en termes de gouvernance transparente, de confiance en l'Etat de droit et d'une administration de justice équitable.

Enfin, j'apprécie Votre engagement personnel en faveur de la promotion du dialogue entre les religions et les cultures et je salue Vos efforts, et ceux de Votre gouvernement, pour développer les liens dont nous avons besoin pour faire face aux défis majeurs du monde contemporain".

Source : Corcas
- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2017