الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
lundi 20 mai 2024
 
 
 
Activités Internationales

"La résolution 2099 reconnait explicitement et pour la 1ière fois que la solution du conflit du Sahara, contribuera à la stabilité et la sécurité du Sahel en plus de la coopération de l’Union maghrébine"

Khadad El Moussaoui, le Vice Président du Corcas, a indiqué que la poursuite du conflit du Sahara durant quatre décennies, est le résultat "de la position hostile de l’Algérie", vis-à-vis de la cause de l’intégrité territoriale du Royaume, expliquant que le Maroc a récupéré la région du Sahara de l’Espagne conformément aux principes et objectifs de la Charte des Nations Unies, dans le cadre d’un processus de décolonisation progressive entre 1956 et 1976.



Et ceci est due au fait que le territoire marocain a connu une triple colonisation (Espagnole au nord et au sud, Française au centre et Tanger était soumise à une administration internationale).

Sur cette base, Khadad El Moussaoui, fait, dans son intervention devant le Comité des 24, fin mai dernier en Equateur, le lien entre la position algérienne "contraire au droit inaliénable du Maroc de préserver son intégrité territoriale" et la pertinence du dernier appel de l’Envoyer personnel du Secrétaire général de l’ONU en faveur de l’amélioration des relations entre le Maroc et l’Algérie pour résoudre le conflit artificiel qui jette son ombre préoccupante sur la situation trouble dans la région du Sahel.

Le Vice président du Corcas a évoqué le soutien fort qu’a apporté le Maroc avant son indépendance à la lutte des peuples en faveur de la liberté, en particulier en Afrique, comme il a soutenu la préparation par les Nations Unies de la déclaration d’octroi de l’indépendance aux pays et peuples colonisés. Cette déclaration a précisé le fond et les limites du principe d’autodétermination, en insistant sur la préservation de l’intégrité territoriale des pays, conformément aux articles 6 et 7, qui insistent sur la responsabilité des pays dans le respect de ce principe.

M. El Moussaoui indique à cet effet que le principe d’autodétermination des peuples "n’a jamais été un instrument pour attaquer l’unité nationale et l’intégrité territoriale des pays ou un prétexte pour priver les pays de leurs territoires tant que la langue, la religion, les usages, la culture confirment l’appartenance de ces terres à une nation donnée, comme c’est le cas pour le Sahara marocain".

Le responsable du Corcas rappelle que ces critères " ont été appliqués dans tous les pays d’Afrique du nord, y compris l’Algérie, pour maintenir la partie sahraouie au sein de son territoire national".

C’est pour réaffirmer cette conception que le Royaume a présenté la proposition d’autonomie en avril 2007, qui a été qualifiée dans l’ensemble des résolutions du Conseil de sécurité de "sérieuse et crédible", car elle accorde aux Sahraouis un cadre démocratique avancé pour gérer leurs affaires publiques. A ce titre, le Vise président déclare : "le régime d’autonomie constituera l’objet des négociations, puis il sera présenté aux habitants sahraouis concernés pour consultation à travers un referendum libre".

M. El Moussaoui ajoute que la dernière résolution du Conseil de sécurité a renouvelé ses félicitations pour la proposition marocaine. Il a renouvelé l’invitation aux pays du voisinage concernés "pour s’engager plus pour faire avancer la solution politique définitive sur la base du réalisme et le compromis".   

Le Vice président a attiré l’attention des participants au Comité des 24, sur le fait que la dernière résolution onusienne "reconnait explicitement et pour la première fois que la solution de ce conflit régional, contribuera à la stabilité et la sécurité de la région du Sahel, en plus de la coopération entre les membres de l’Union du Maghreb arabe".

L’intervention de M. Khadad El Moussaoui, vice-président du CORCAS, fait suite à l’intervention du représentant de l’Algérie pendant ce séminaire régional et qui comporte plusieurs allégations et contre-vérités dont la plus flagrante est la lecture biaisée, faite par l’Algérie, de la résolution 1514 de l’Assemblée Générale datée du 14 décembre 1960.

Le représentant de l’Algérie décrit le conflit du Sahara comme étant un problème de décolonisation en faisant abstraction de sa genèse dans un contexte de guerre froide. Il omet de préciser que la décolonisation de la région du Sahara a opposé, dès les années 60, le Maroc à l’Espagne lorsque celle-ci était une colonie espagnole. Le représentant de l’Algérie ne précise pas non plus les conditions dans lesquelles le Royaume du Maroc a recouvert ses territoires sahariens et les dispositions onusiennes ayant accompagné la normalisation de la souveraineté de la région. 

L’Algérie, qui ne souffre d’aucun problème de colonisation ou de décolonisation de ses territoires, se veut le porte-parole du séparatisme dans la région du Sahara et du référendum d’autodétermination des populations sahraouies sans nulle mention des dernières résolutions du Conseil de Sécurité qui annulent toute mention dudit référendum puisque le Maroc et l’Algérie ne se sont jamais mis d’accord sur les listes des votants et ce, malgré l’intervention d’éminents spécialistes onusiens en démographie, statistiques…Eu égard à l’impossibilité d’accomplissement du référendum, les Nations-Unies demandent en effet depuis 2007 à l’Algérie plus de réalisme politique pour résoudre ce conflit qui n’a que trop duré. 

Comme de bien entendu, le représentant de l’Algérie est dans le déni de la réalité du contenu de l’avis consultatif de la Cour Pénale Internationale qui stipule bien que la région du Sahara n’a jamais été une terre sans maître et que les tribus sahraouies ont de tout temps prêté allégeance aux rois du Maroc. 

Le représentant de l’Algérie confirme encore une fois le rôle et la volonté de son pays de supporter le séparatisme dans la région du Sahara, auprès de toutes les organisations internationales, aux dépens de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc.

- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2024