الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
lundi 20 mai 2024
 
 
 
Activités Nationales

M. Khalihenna Ould Errachid, Président du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes a présidé, encompagnie du Secrétaire général et des membres du Conseil résidant à Tantan, une réunion avec les élus, les représentants des formations politique et syndicales, des groupes de la société civile et des acteurs sociaux de la province. Le Wali de la région de Goulimime-Smara et le Gouverneur de la province de Tantan ont participé à cette réunion.



M. Khalihenna Ould Errachid a indiqué dans son allocution que sa visite à Tantan a lieu dans le cadre de la tournée de sensibilisation et de contactes directs avec les citoyens des provinces sahraouis pour débattre de toutes les questions qui concernent le Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes, conformément aux objectifs que SM le Roi a tracé. Il ajouté que le Corcas est venu pour écouter tous les points de vue en toute transparence, franchise et démocratie dans le cadre de la Constitution marocaine.

Il considère que la décision royale d’octroyer aux citoyens des provinces du sud l’autonomie de  gestion de leurs affaires politiques, économiques, sociales et culturelles, est une décision sans précédent. Car le Maroc parlait auparavant de régionalisation, mais il n y avait pas de projet clair avant le discours royal à Laâyoune le 25 mars 2006.

Il a estimé aussi que c’est une initiative historique qui changera les choix énoncés, la nature de la gestion administrative et la structure de l’Etat de manière générale. C’est aussi, une annonce officielle de la réconciliation pour dépasser tout les aspects négatifs.

Il a aussi déclaré que le referendum exigé du Maroc, n’est ni juste, ni libre. Le referendum basé sur l’identification est non applicable aussi bien politiquement que techniquement. Et le Maroc ne peut être la victime, car il en naitra de l’instabilité comme au Darfour, ou une nouvelle Somalie. Et c’est ce à quoi est arrivé l’ONU aussi.

C’est cette impasse qui a fait que SM le Roi à présenter son projet historique. Tous les conflits se terminent toujours par la réconciliation. Il n y plus aucune raison pour revendiquer le séparatisme, car plus rien ne séparent les Sahraouis de SM le Roi. Leur position est garantie et ils ont droit au développement économique, social et culturel. Et la situation exige que tout le monde sache que les choix disponibles sont très peu nombreux et il n y a pas de temps à perdre.

Ce n’est pas la peine de prolonger le conflit et les souffrances, l’autonomie est suffisante car elle est conforme à l’histoire écrite et orale. Toutes les tribus avaient un lien avec le Maroc durant toutes les périodes. En 1956, les Sahraouis étaient au sein de l’Armée de libération, avant 1973, il n y avait d’organisation ni politique, ni militaire qui réclamait le séparatisme, même la manifestation du 17 juin 1970, à laquelle a participé Bassiri, ne réclamais pas la sécession.

Les leaders et cadres du Polisario revenaient toujours au Maroc et c’est la preuve que le pays d’origine est le Maroc. Le patriotisme chez le Sahraoui était instinctif, y compris dans les prières de nos pères et grands père, ils disaient Que Dieu glorifie le sultan et garde paisibles la patrie.

Le Président du Corcas a affirmé que le projet n’est pas une manœuvre diplomatique, politique ou à consommer. Mais c’est un véritable projet moderniste qui modifiera l’histoire du continent africain. Il a ajouté que tout ce que les habitants de la région ont revendiqué est réalisable. Et pour la réalisation de tous les objectifs, tout citoyen qui jette des pierres, brandit un drapeau autre que le drapeau marocain ou écrit des slogans, deviendra notre adversaire à tous, car il sera opposé aux intérêts aux quels aspirent les tous les Sahraouis.

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2024