الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
dimanche 14 juillet 2024
 
 
 
Presse Audiovisuelle

La 1ière session ordinaire du Conseil Consultatif des Affaires Sahariennes, qui s’est tenue au mois d’avril et qui vient de clôturer ses travaux, a eu lieu dans un contexte international très favorable pour la question du Sahara.



La résolution du Conseil de sécurité a appelé à la nécessité de négocier avec objectivité et réalisme et c’est ce à quoi le Maroc appelle, depuis l’ouverture des négociations de Manhasset. C’est dans ce contexte que le Président du Corcas accorde un entretien à la 1ière chaîne de télévision marocaine (TVM). Dans ce qui suit le texte intégral de cet entretien :

Abdelghani Jabar : M. le Président, bien venu à cet entretien spécial, sur la TVM. M. le Président, les travaux de la 1ière session ordinaire du mois d’avril, du Corcas se sont achevés, depuis peu.

Une session qui a eu lieu dans un contexte international très favorable pour la question du Sahara. La résolution du Conseil de sécurité a appelé à la nécessité de négocier avec objectivité et réalisme et c’est à peu prés, ce à quoi le Maroc appelle, depuis l’ouverture des négociations de Manhasset. Quel est votre premier commentaire à propos de cette résolution ?

Khalihenna Ould Errachid : Premièrement, on peut considérer que cette résolution est un acquis diplomatique historique pour le Royaume du Maroc, car il intervient après la décision en 2007, de la part des Nations Unies de changer le processus d’approche au sujet du dossier du Sahara.

Cette décision est le résultat de tout ce qui s’est passé en 2007, négociations directes présidées par le représentant du Secrétaire général de l’ONU, les tournées du représentant dans la région, les consultations que nous avons fait avec les pays concernés directement ou intéressés. C’est donc le résultat de tout ce travail, qui a évolué grâce à l’initiative marocaine.

L’initiative marocaine d’autonomie a changé la conception qu’avait la communauté internationale du conflit du Sahara. Ainsi la position du Maroc se caractérise par son sérieux, sa crédibilité, sa volonté affirmée et sa bonne foi pour l’aboutissement à une solution.

C’est la raison qui a conduit le Conseil de sécurité et le Secrétaire général à dire que ce dossier doit être résolu d’abord sur la base du réalisme, c’est-à-dire ne pas revendiquer l’impossible, et avec l’esprit de réconciliation.

En plus de cela, la résolution est intervenue, après que l’Envoyé spécial ait fait une déclaration sur des questions, que tout le monde pensait secrètement, et que lui a dites à haute voix.

Abdelghani Jabar : A ce propos, nous constatons M. le Président que les Etats-Unis a maintenant une position plus claire qui soutient la proposition marocaine sur l’autonomie pour la région du Sahara. Les Etats-Unis ont même appelé à ce que l’autonomie soit le sujet principal des négociations…

Khalihenna Ould Errachid : C’est juste, mais il faut s’arrêter à ce que Walsum a dit. Il a déclaré que l’indépendance est irréaliste et le Polisario doit l’abandonner. C’est une prise de position historique, que jamais aucun Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU n’avait pris, ni aucun Secrétaire général auparavant.

C’est donc un tournant historique. C’est là que les signes fondamentaux de la solution son lancés. Le Polisario doit abandonner la revendication séparatiste. Cela est devenu la position d’abord du Secrétaire général, et tel qu’on l’exprime en Arabe : « son représentant c’est lui ».

Deuxièmement, la déclaration claire qui a été faite au Conseil de sécurité, et qui a donné lieu à une évolution positive dans la position des Etats-Unis, qui ont déclaré non seulement que la solution possible est l’autonome, mais clairement, que la solution doit être dans l’autonomie sous souveraineté marocaine et que cette position est une position nationale américaine.

La même chose en ce qui concerne la France, la Grande Bretagne et la Communauté internationale.

La Communauté internationale est lassée de l’affaire du Sahara. Le Maroc a apporté à la Communauté internationale l’occasion historique pour résoudre ce dossier, en présentant une initiative sérieuse, applicable et qui respecte le principe de réconciliation, qui fonde les Nations Unies.

Cette initiative est principalement fondée sur la recherche d’une solution médiane, permettant aux parties de se réconcilier autour d’une solution politique qui satisfait tout le monde.

Nous croyons que ces déclarations et ses positions, cette résolution onusienne, expriment une nouvelle position de la Communauté internationale, renforce la position marocaine et lui apporte un grand soutien.

Abdelghani Jabar : Ainsi à la clôture de votre session, vous avez publié un communiqué qui contient un appel adressé à l’autre partie, pour qu’elle fasse preuve de plus de souplesse et accepte les nouvelles données du terrain concernant l’affaire du Sahara. Il y a aussi, une invitation à lever l’état de siége imposé aux habitants des camps de Tindouf.

Khalihenna Ould Errachid : Oui, ce communiqué intervient dans la continuité de l’appel que nous avions lancé lors de notre précédente session à Smara et qui a obtenu un écho positif, à l’époque, il y avait le congrès de Gjijimat et il y a eu le retour collectif  d’un groupe de Gjijimat à la mère patrie.

Nous, nous croyons que les appels du Conseil ont un écho auprès de nos frères du Front Polisario et que ces appels sont positifs et nécessaires. Et nous voulons affirmer que le projet marocain est un projet fondé sur la réconciliation et qu’il ne veut aucunement humilier le Polisario, ni les membres du Polisario et qu’il escompte de tourner la page et ouvrir une nouvelle page de réconciliation, de fraternité et d’unité nationale.

Nous croyons que cet appel aura un écho capable de pousser nos frères à faire preuve de réalisme te souplesse et à écouter la Jamaa.

Il y avait un groupe de Sahraoui, de la patrie et de pays amis qui appelaient le Polisario à la réconciliation.

Aujourd’hui, c’est la Communauté internationale toute entière, y compris le Secrétaire général des Nations Unies et son Envoyé personnel, les Etats-Unis, la France et le Conseil de sécurité, qui demande au front Polisario s’il vous « plait », faite preuve de réalisme et réalisez un acquis, car c’est ce qui compte.

Nous souhaitons que lors de la prochaine session, nos frères seront réceptifs de cet appel, et que la prochaine session se distingue par des résultats positifs.

Abdelghani Jabar : Merci M. Khalihenna Ould Errachid, Président du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes, merci pour votre participation et au revoir
 
Khalihenna Ould Errachid : Merci

Source : Corcas
- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2024