الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
vendredi 12 août 2022
 
 
 
Presse Audiovisuelle

M. Khalihenna Ould Errachid a été l’invité de la 1ière chaîne (TVM), pendant l’édition espagnole du journal, dans la soirée du 12 avril 2006. La Président du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes a affirmé, lors de cet entretien, que le Corcas est "un pas préparatoire pour la proposition d’autonomie, dans le quel la spécificité sahraouie a été prise en compte".



Dans ce qui suit le texte integral de l’entretien :

Said Jdidi : Mesdames et Messieurs bonsoir, j’ai le plaisir et l’honneur de recevoir M. Khalihenna Ould Errachid. Vous connaissez tous cette personnalité. SM le Roi l’a investit dernièrement, à Laâyoune, à la tête du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes. Bien venu M. Khalihenna. Alors, un nouveau Conseil, nouveau Président, nouveau Secrétaire général… Est-ce une nouvelle politique ?

Khalihenna Ould Errachid : Cela est juste. C’est un important projet qui a été réalisé par SM le Roi, à Laâyoune. C’est aussi une nouvelle politique au Maroc, qui a décidé et de définitivement, résoudre la question du Sahara, d’une manière qui s’adapte à la spécificité des citoyens dans cette région.

Il y a des revendications qui constituent pour certain, des problèmes. Alors, actuellement et sous l’égide royal, le Maroc a proposé le projet d’autonomie, qui permet aux habitants du sud, de manière civilisée et moderne, de gérer leurs affaires politiques, économiques, sociales et culturelles.

Said Jdidi : Si nous faisons un peu attention, nous nous rendrons compte, qu’une certaine confusion chez certains, ici et là, à propos du Conseil. Que pouvons-nous dire sur la composition du Conseil ? Et comment l’évaluer ?

Khalihenna Ould Errachid : Premièrement, ce Conseil Royal n’est pas l’autonomie. C’est un pas préparatoire à la proposition d’autonomie. C’est un conseil dans le quel la spécificité sahraouie a été respectée.

Un conseil fondé sur des représentants de toutes les tendances.  Toutes les parties participent de manière démocratique, qui s’adapte aux coutumes et traditions locales du Sahara. Il y a une présence des différentes régions, une représentation des Chioukhs qui ont été élus en 1981.

Le Conseil connaît aussi, une représentation parlementaire ainsi que les Président des régions, municipalités et province. Il contient aussi une présence de la société civile, représenté avec force par les jeunes et les femmes, ainsi que des personnalités qui disposent d’une large expérience dans ce domaine.

Le Conseil contient donc, un groupe de personnalités qualifiées du point de vue tribal, de formation, de compétence et de connaissance des habitudes et traditions sahraouies, pouvant ainsi, exercer son rôle de consultation.

Said Jdidi : M. Khalihenna Ould Errachid, qu’est ce qui est demandé au Maroc, dans le cadre de la stratégie diplomatique vis-à-vis de l’Espagne concernant le Sahara ?

Khalihenna Ould Errachid : Premiérement, l’Espagne est un pays voisin et ami. C’est aussi, un pays avec lequel nous avons des liens historiques, culturels, géographiques actuels et futures.

L’Espagne et le Maroc constituent véritablement une entité historique d’intérêt. Il peut y avoir des problèmes, résultant de malentendus ou des données inexactes, c’est pour cela qu’il est de notre devoir, nous les habitants du sud et ceux du nord du Maroc à la culture espanophone de faire l’impossible pour renforcer et enraciner la relation d’amitié entre le Maroc et l’Espagne, pour que ces deux peuples se comprennent.

C’est pour cela que je vais parler aux Espagnols avec la langue qu’ils parlent l’Espagnole.

Said Jdidi : M. Khalihenna Ould Errachid, Bonne chance

Khalihenna Ould Errachid : Merci

- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2022