الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
jeudi 23 mai 2024
 
 
 
Presse Audiovisuelle

Le président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes a donné une longue interview à la radio espagnole Cadena Ser vendredi dernier, dans laquelle il a commenté l'évolution du cas de Mme Aminatou Haidar.   



M. Khalihenna Ould Errachid a affirmé que l’affaire de Mme Aminatou Haider n’est pas une affaire politique. Mais, elle a été "politisée". C’est une "opération diplomatique préméditée, organisée contre le Maroc et les intérêts espagnols", pour "porter atteinte au Maroc et entraver les relations entre l'Espagne et le Maroc".

Le Président du Corcas a exprimé son regret de voir Aminetou Haider gâcher son rôle de défenseur des droits de l’homme, au moment où elle a abandonné sa nationalité marocaine et a proclamé être une activiste dans les rangs du Polisario en faveur de la séparation du Sahara, ajoutant que le rôle d’"activiste des droits de l’homme était un rôle important dont a besoin la région, mais dans le cadre de la Constitution marocaine".

M. Khalihenna Ould Errachid a insisté sur le fait que le Maroc n’interdit pas à Aminetu Haider de revenir à sa patrie, mais conditionne cela par la présentation d’excuses au peuple marocain à qui elle a porté atteinte et par la présentation d’une demande pour récupérer ses documents de nationalité, en conformité au soin qu’il porte à la défense de son intégrité territoriale et à sa souveraineté, insistant sur le fait que ceux qui soutiennent le séparatisme au Sahara sont une minorité.

En réponse à une question sur l’arrestation des sept sahraouis à cause de leurs opinions politiques, M. Khalihenna Ould Errachid a déclaré que mettre en doute la marocanité du Sahara est une "attitude hostile", non autorisée. Et l’action contre les intérêts du Royaume pour le compte de l’Algérie et le Polisario, pour "provoquer un situation de trouble au Maroc et menacer l’unité du pays, exige l’application des procédures nécessaire, conformément à ce qu’appliquent tous les pays démocratiques".

Pour écouter l'entretien de Radio Cadena Ser cliquer ici Cliquer ici

Dans ce qui suit  le texte intégral de la traduction de cet entretien  

Cadena Ser :
M. Khalihenna Ould Errachid Bonjour, vous êtes le Président du Conseil, un Conseil consultatif auprès du Roi sur les affaires sahariennes, n’est ce pas ?
M. Khalihenna Ould Errachid : Oui, le Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes.

Cadena Ser: Les autorités marocaines discutent avec les Etats Unis et l’Espagne au sujet de la situation de Mme Aminatou Haider?
M. Khalihenna Ould Errachid: L’affaire d’Aminetou Haider a été rendue compliquée, dans une grande mesure, par cette dame, elle-même. Bien entendu, quand quelqu’un décide quelque chose, il n’est pas possible de l’en empêcher. C’est cette dame qui a crée cette situation regrettable. Le Maroc n’est pas derrière sa situation. Le Maroc n’a pas désiré soumettre Mme Aminetu Haider à un quelconque examen. C’est elle qui a choisit ce moment, ce qu’elle a à faire. Et elle le fait avec la publicité qui convient. Mais, il est claire, et vous pouvez  être sur, que le Maroc défend ses intérêts, sa dignité et les sentiments de son peuple. Nous regrettons ce qui arrive, mais, cela revient à la volonté de Mme Aminatou Haider et aux parties qui la pousse à faire ce qu’elle fait, surtout l’Algérie et le Polisario. Nous regrettons cette situation, qui n’aurait dû jamais avoir lieu, par la nature même des choses.  

Cadena Ser: Croyez-vous que le Gouvernement lui restituera le passeport qui était en sa possession pour qu’elle puisse revenir à Laâyoune ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Aminetou Haider était activiste des droits de l’homme. C’est du moins ce qu’elle prétendait et elle bénéficiait de ses droits. Elle voyageait souvent à l’étranger et revenait à Laâyoune sans aucun problème. Il n y a jamais eu de problèmes, ni à l’aéroport, ni à Laâyoune, ni quand elle recevait les délégations, les journaliste et les diplomates. Et moi je ne sais pas pourquoi elle a choisit ce moment pour mettre au défi le Maroc et le peuple marocain sans raison. Je considère qu’il n’est pas possible et de manière unilatérale, de tirer bénéfice d’une situation et désirer la changer du jour au lendemain. C’est exactement ce qu’elle voulait faire. Autrement dit, je ne sais pas pourquoi elle a voulu dire lors de ce voyage qu’elle n’était pas marocaine, après avoir disposé pendant 40 ans de cette nationalité, voyagé avec un passeport marocain et retourné au pays. Prétendre le contraire aujourd’hui est vraiment un mensonge. Je n’ai pas compris, pourquoi Mme Aminetu Haider a fait ce qu’elle a fait maintenant. Le Maroc n’avait rien fait contre elle. Il n’a pas pris son passeport. C’est elle qui a provoqué cette situation, de manière planifiée pour exercer des pressions sur le Maroc pour des raisons autres que les droits de l’homme.

Cadena Ser: Actuellement, plusieurs personnes sont en état d’arrestation à cause du fait que ce sont des activistes des droits de l’homme ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Vous voulez parler des sept qui ont voyagé à Tindouf ?

Cadena Ser: Oui
M. Khalihenna Ould Errachid: Bon. Ces sept jeunes, eux aussi disaient être des défenseurs des droits de l’homme. Et, ils voyageaient à l’étranger, souvent en Europe et dans le reste du monde. Personne ne les a tracassé, ni ne leur interdisait de voyager. Mais, quand ils ont décidé de voyager à Tindouf pour travailler avec les services algériens contre les intérêts vitaux du Maroc. Il est tout à fait normal que le Maroc mette fin à cette situation. C’est l’attitude normale dans tout pays qui veut défendre sa sécurité. Ils avaient commis une faute grave, en allant à Tindouf se réunir avec les services secrets algériens et le Polisario. Ils n’auraient pas du faire cela. Pourtant quand ils partaient à Genève, aux Iles Canaries, à Madrid, à New York, en tant que défenseurs des droits de l’homme, personne ne les tracassait.

Mais aller rencontrer à Tindouf les services secrets algériens pour fomenter des troubles au Maroc, il est naturel que le Maroc, comme pour l’Espagne où tout autre Etat, prenne les dispositions nécessaires pour empêcher que son intégrité soit menacée. 

Cadena Ser: Bon, cela n’arrive pas en Espagne ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Si, si, cela arrive. C’est ce que l’Espagne fait vis-à-vis de toute personne qui prétend défendre le terrorisme et ETA. L’Espagne prend les dispositions nécessaires, quand il a fallut interdire des militants du mouvement ETA. Et elle a fait cela sans aucune difficulté.

Cadena Ser: Oui, pour les gens qui accepte le terrorisme oui
M. Khalihenna Ould Errachid: Ces sept personnes, quand elles allaient à Genève ou aux Iles Canaries, faisaient cela avec une démarche politique et le Maroc ne les a pas arrêtés. Mais, quand ils sont allés à Tindouf, c’était pour le terrorisme, et c’est une faute qu’ils avaient commise.

Cadena Ser: Quel sera leur sort ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Ils seront équitablement jugés et si leur culpabilité est établie, ce sera la justice qui réglera le problème.

Cadena Ser: Êtes-vous à Laâyoune ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, je ne suis pas à Laâyoune.

Cadena Ser: Vous savez que la presse espagnole a Publié que des contactes ont eu lieu entre le Gouvernement marocain et les Etats-Unis d’Amérique ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Nous avons des contactes avec les Etats Unis, l’Espagne et le monde entier. C’est naturel.

Cadena Ser: L’Union européenne a demandé la règlement de ce problème?
M. Khalihenna Ould Errachid: Comment pouvons-nous régler ce problème, si cette dame dit que son pays est le Sahara occidental et le Sahara occidental, en tant qu’Etat n’existe pas ? Croyez-vous, qu’il y a un Etat au Sahara occidental ? Le front Polisario qui prétend que le Sahara est séparé du Maroc ne se trouve pas au Sahara. Il se trouve à Tindouf en Algérie. Et si Aminetou Haider veut faire partie du Polisario, elle doit aller à Tindouf en Algérie. Mais, si elle veut être à Laâyoune, à Laâyoune, il n y a que des Marocains. Mme Aminatou Haider n’est pas née à Laâyoune non plus, mais à Tantan. Autrement dit, dans une région qui n’est objet de conflit. Moi je ne sais pourquoi maintenant elle prétend ne pas être marocaine. Alors que jusqu’à présent elle voyageait avec un passeport marocain et portait une carte d’identité marocaine. Pourquoi prétend-elle maintenant le contraire ? C’est elle qui a la réponse. Le Maroc n’interdit pas à Mme Aminetu Haider de revenir dans son pays. Si elle décide maintenant de reprendre sa nationalité et présenter des excuses au peuple marocain aux sentiments du quel, elle a porté atteinte, les sentiments de 35 millions de marocains.  

Cadena Ser: Mais, les Nations Unis disent que ces territoires attendent leur décolonisation ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, le Sahara est un territoire marocain et il y a un conflit à la marge qui fait l’objet de négociations en ce moment. Mais, ces négociations ne diront pas que le Sahara est indépendant. Car nous ferrons un seul choix. Maintenant ces territoires sont marocains et elles le resteront. Je ne sais pas pourquoi Aminatou Haider complique les choses, le savez-vous ? Alors qu’elle dit que sont pays est le Sahara occidental, elle dit qu’elle ne reprendra pas sa nationalité marocaine. C’est elle qui empêche la résolution de sa situation. Alors qu’on politise une situation qui ne l’était pas, elle fait semblant de défendre les droits de l’homme. Pourquoi dit-elle, maintenant qu’elle est une militante au sein du front Polisario et soutient l’indépendance du Sahara ?

Cadena Ser: Une personne ne peut-elle pas vivre au Maroc en pensant et en aspirant à être indépendantiste ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, une personne peut dire qu’elle est favorable au referendum ? Et c’est ce que disait Aminetou Haider et les autres. Et personne ne les a mis en prison. Mais dire que le Sahara n’est pas marocain, ce n’est plus une opinion politique, c’est une attitude hostile vis-à-vis de l’intégrité territoriale du Maroc. Il y a une différence entre dire que tu es favorable au referendum, dans le sens d’une opinion politique, et elle est libre de dire et de réfléchir à cela. C’est là que réside l’ambiguïté.

Cadena Ser: Elle dit qu’elle a fait la même chose qu’elle a toujours fait quand elle rentrait à Laâyoune avec  son passeport marocain, c'est-à-dire elle écrivait le Sahara occidental ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Si vous, vous alliez de Laâyoune aux Iles Canaries, est ce que c’est ce que vous allez écrire sur votre fiche d’embarquement ? Assurément non. C’est comme si une personne allait de Laâyoune aux Iles Canaries et écrivait sur sa fiche Iles Canaries Afrique

Cadena Ser: Mais, elle a toujours fait la même chose, n’est ce pas ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, elle a déclaré au procureur général, son oncle et les policiers qu’elle refuse la nationalité marocaine. C’est cela la faute fondamentale commise par Aminetou Haider. Maintenant, je regrette cette situation. Aminetu Haider peut dire qu’elle a commis une faute et qu’elle veut reprendre sa nationalité marocaine. Et aujourd’hui dans l’après-midi, elle peut rentrer à Laâyoune.

Cadena Ser: Pouvez-vous lui apporter son passeport ici (Canaries) ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Si elle le demande en tant que marocaine, le Consul marocain accrédité aux Canaries est au service des Marocains. Bien entendu qu’il lui donnera son passeport. Mais elle doit le demander en tant que marocaine et qu’elle s’excuse auprès du peuple marocain. Car, elle l’a soumis à un examen malhonnête. Et elle a entreprit une propagande pour des raisons qui n’ont rien à avoir avec la réalité. Aminetu Haider profitait complètement de sa vie, en toute dignité et liberté. Elle voyageait plusieurs fois aux Etats-Unis, l’Europe, l’Australie, l’Afrique et l’Asie, et disait tout ce qu’elle voulait en toute liberté, et personne ne l’a empêché de faire cela, jusqu’à présent. Si elle était véritablement une militante des droits de l’homme, elle ne devait pas être au côté du Polisario. Nous sommes Sahraouis, mais pas Polisario. Pourquoi prétend-t-elle se mettre du côté de l’un des deux ? Les droits de l’homme n’ont aucune relation avec le Polisario. Ce sont des droits universels. 

Cadena Ser: Elle dit que les droits de l’homme sont violés au Sahara. Des gens sont-ils arrêtés à cause de leur idéologie politique ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, nous faisons exactement ce que font les Etat européens, la défense de notre intégrité territoriale  et notre unité. Ce que vous faites vis-à-vis d’ETA, les Anglais vis-à-vis de l’IRA, le Italiens vis-à-vis des Brigades rouges et les Français vis-à-vis des terroristes corses. Autrement dit, ce que nous faisons, nous est ce que fait tout pays démocratique.

Cadena Ser: Mais, en Europe, il y a des partis légaux indépendantistes sans problème ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Quand Aminatou Haider recevait les étrangers à Laâyoune, la police ne l’a pas arrêtée et elle ne l’a pas tracassée une fois au moment de voyager. Elle est partit à Washington pour recevoir des prix des droits de l’homme. Elle s’est rendue à Bruxelles, Madrid, le Pays Basque. Le Maroc n’a pris la moindre mesure contre la pratique normale et honnête des droits de l’homme. Maintenant ce qu’Aminetou Haider fait ce n’est pas les droits de l’homme. Elle prend position contre les intérêts vitaux du Royaume du Maroc, son intégrité territoriale, sa Souveraineté, en faveur des Algériens et du front Polisario qui se trouve en Algérie. C’est la faute commise par Aminetu Haider.

Cadena Ser: Les droits de l’homme sont-ils violés au Sahara ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, définitivement, non. Il n’y a aucune violation des droits de l’homme au Sahara. Il n’y a personne en prison pour ses idées, et surtout depuis la création du Corcas, c'est-à-dire depuis quatre ans. Toute personne est libre et a les convictions qu’elle veut, mais dans le cadre de la Constitution et loi marocaine. Le Sahara ne vit pas dans une situation de chaos, ce n’est pas la jungle. Il y a des lois et il faut les respecter.

Cadena Ser: Une personne ne peut pas se proclamer indépendantiste, et peut dire tout le reste ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, une personne peut dire qu’elle soutient le referendum, sympathise avec le Polisario, mais elle ne peut pas dire que le Sahara n’est pas marocain. Car cela est considéré comme une attitude hostile. Si la personne la garde pour elle-même, cela la regarde. Mais déclarer cela n’est pas permis par la Loi et la Constitution marocaines.

Cadena Ser: Croyez-vous  que vous allez expulser plus de gens, parmi ceux qui ne se sentent pas marocains ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Les gens qui pensent comme Aminatou Haider sont une minorité. Personne à Laâyoune, ni à Smara, ni à Dakhla, ni à Aouserd ne s’oppose à l’unité du Maroc. Les sympathisants du Polisario sont une minorité. Un petit nombre de personnes. Et je tiens le défi qu’ils ne sont pas plus de quelques dizaines. Mais, ils font beaucoup de propagande autour d’eux même. Et c’est là que réside toute l’affaire.

Cadena Ser: Croyez-vous qu’une personne comme Aminatou Haider peut nuire à quiconque en pensant comme elle pense et rester à côté de ses enfants à Laâyoune ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Dire que le Sahara n’est pas marocain, nuit à un pays tout entier, avec ses 35 millions d’âmes. La parole est, de loin, plus importante et que l’acte lui-même. Malgré cela, quand Aminatou Haider disait qu’il ne fallait mettre personne en prison à cause de ses opinions politiques, elle ne nuisait à personne. Et, le Maroc ne l’a pas mise en prison. C’est à ce niveau là que se situe la différence et la délicatesse du problème. Les droits de l’homme : oui.

Cadena Ser: Vous dites que vous mettez en prison les gens qui ne se sentent pas marocains. Pourquoi ne l’avez-vous pas arrêtée ? Pourquoi l’avez-vous expulsée et non présentée à la justice ?
M. Khalihenna Ould Errachid: C’est le premier cas de son genre qui a lieu au Maroc. Même dans les années 70 quand l’extrême Gauche s’opposait au régime, personne n’a jamais dit ne pas être marocain. Aminetou Haider a réellement dit au procureur du roi et à son oncle, qui est marocain, qu’elle ne l’était pas. Et c’est une chose qui n’est pas conforme aux traditions sahraouies. Ella a dit devant son oncle qu’elle n’est pas marocaine, et qu’elle est de Laâyoune, alors qu’elle est de Tantan. La façon avec laquelle elle a dit cela est erronée.

Cadena Ser: Pourquoi ne l’avez-vous pas arrêté au lieu de l’expulser ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Je ne sais pas, je n’étais pas à ce moment là à l’aéroport. C’est peut-être à cause des conditions qu’il y avait sur place.

Cadena Ser: Quel est votre avis sur le fait que l’Espagne a accepté de la ramener
M. Khalihenna Ould Errachid: A l’origine de cette opération, il y a une manœuvre bien calculée de la part des algériens et du front Polisario. Une volonté pour porter atteinte au Maroc et entraver les relations marco-espagnoles. C’est une opération diplomatique montée contre le Maroc et contre les intérêts espagnols. Car, si ce n’était pas une opération calculée, elle (Aminetu Haider) aurait dit, laissez moi rentrer et puis mettez moi en prison. Je regrette qu’elle ait gâché son rôle. Et c’est un rôle dont la région a besoin, puisqu’elle se présentait  en tant que défenseur des droits de l’homme, mais en respectant la Constitution marocaine. 

Cadena Ser: Combien d’années a-t-elle passé en prison ?
M. Khalihenna Ould Errachid: C’est à une autre époque, avant la création du Corcas en 2006. Après cette date, elle n’est pas entrée en prison. Elle était libre, disposait d’un passeport, voyageait dans toutes les régions du monde et a reçu des prix de toute part, pour les droits de l’homme.

Cadena Ser: La position du Maroc ne changera pas. N’est ce pas ?
M. Khalihenna Ould Errachid: Cette question ne dépend pas de nous, mais d’elle. Si Mme Aminatou Haider veut retourner à Laâyoune, elle sait exactement ce qu’elle doit faire : elle demande la nationalité marocaine et s’excuse auprès du peuple marocain, qui ne lui a rien fait aucune faute envers elle. La grève qu’elle entreprend est un acte volontaire, le résultat d’une décision personnelle et elle peut mettre fin à cette situation regrettable maintenant. Elle contacte le Consul marocain et elle lui dit je regrette ce que  j’ai fait et je veux rentrer dans mon pays et ma patrie qui est le Royaume du Maroc.

Cadena Ser: Peut-on comprendre qu’il y a une menace de la part du Maroc vis à vis de l’Espagne pour maintenir la situation d’Aminatou Haider et revenir à l’immigration…
M. Khalihenna Ould Errachid: Non, les relations entre l’Espagne et le Maroc ne sont pas menacées par quoi que ce soit, ni par le cas Aminetou Haider, ni un autre. Ce sont des relations qui dépassent toutes les épreuves de ce type. Ce sont des relations historiques, de bon voisinage, d’intérêts communs, des relations avec une stratégie pour gérer les cas d’urgence et personne comme Mme Aminetu Haider ou d’autres ne peuvent menacer ces relations.

Source : Corcas
- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -


 

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2024