الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
samedi 20 juillet 2019
 
 
 
Presse Ecrite

Le rédacteur en chef du journal gabonais "l'Union", Lin-Joël Ndembet, a affirmé que le plan d'autonomie que le Maroc a proposé dans le but de régler le conflit artificiel autour du Sahara est "une solution audacieuse" qui est en mesure d’écrire "une nouvelle page dans l'histoire de la région".


Le quotidien "l’'Union" a écrit dans son édition du mardi que M. Ndembet, dans son intervention devant la 4ème Commission de la 70ème Session de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, a appelé toutes les parties à "profiter de cette position marocaine pionnier pour contrecarrer la balkanisation du territoire marocain et afin d'écrire une nouvelle page dans l'histoire de la région».

Il n’a pas échappé à l’ancien directeur de l'agence de presse gabonaise de fustiger l'Algérie et le Front Polisario qui exigent encore l’organisation d'un référendum dont les Nations Unies ont constaté l’inapplicabilité. Ils constituent une entrave à une solution politique au conflit du Sahara et ils font perdurer la souffrance de la population séquestrée dans les camps de Tindouf", expliquant qu’"il s’agit là d’une solution audacieuse et d’une approche responsable et innovante qui respecte pleinement la légalité internationale", ajoutant que le plan d’autonomie est le fruit d'un long processus de consultation nationale et locale impliquant les partis politiques, la population et les élus de la région.

M. Ndembet a mis l'accent que ce plan reflète une redistribution appropriée des prérogatives et garantie à la population sahraouie la possibilité de gérer ses propres affaires de manière démocratique via des instances exécutives, législatives et judiciaires, exprimant son regret que les autres parties ne saisissent pas la chance historique de l'offre marocaine ", une offre qui a été accueillie favorablement même par la population du Sahara, parce qu'elle intervient dans un contexte international où les menaces des mouvements extrémistes et terroristes augmentent fortement dans la région."

Il a souligné dans ce contexte que les autres parties ne ménagent aucun effort pour exiger l'organisation d'un référendum, en essayant de «créer une république fantomatique sahraouie qui ne dispose aucunement des bases de l'Etat," soulignant que les autres parties font preuve à cet égard de sournoiserie.

Se référant à la situation dans les camps de Tindouf, le journal, son rédacteur en chef  ainsi que les intervenants ont souligné lors de cette réunion dans des déclarations émouvantes et fortes la contribution de l’Algérie et du Front Polisario dans la détérioration de la situation des séquestrés, une situation catastrophique, en particulier avec l'exagération du nombre de la population dans ces camps, qui, selon le journal, nécessite une enquête précise de la part des instances internationales et européennes envers les réfugiés qui ont besoin de cette aide.

Le journal "l'Union" se réfère, à cet égard, au responsable en charge de l'action internationale en faveur des réfugiés, Eric Cameron, qui a critiqué le détournement structuré de l’aide humanitaire qui est destinée à la population séquestrée dans les camps de Tindouf, rappelant à cet égard le rapport de l'Office de lutte antifraude relevant de l'Union européenne.

Le journal a également mentionné la déclaration d’un membre précédant du Polisario, en l’occurrence d’Ahmedou Hmain, qui a rallié la mère patrie, et qui a affirmé que la partie algérienne a fait de l’obstruction une stratégie pour traiter cette question, soulignant qu'il ya des éléments d'accusation innombrables qui attestent de la fragilité de la thèse algérienne et de ses pro-organisations.

Le journal a conclu que cette réunion a fait l'objet d'un vif débat autour de la question du Sahara marocain, avec le soutien de la grande majorité des experts au plan d'autonomie, que le Royaume a proposé dans le cadre de sa souveraineté et de son unité en vue de relancer le processus de médiation sous l’égide des Nations Unies dont le but de trouver un règlement définitif à ce vieux conflit.

L'auteur de l'article a également mentionné que l'initiative marocaine que le Maroc a soumis en 2007 donne suite aux appels répétés du Conseil de sécurité des Nations Unies aux parties, "de parvenir à une solution politique négociée mutuellement acceptable", après qu'il ait fait le constat de l’impossibilité d'organiser un référendum d'autodétermination.

- Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas -

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2019