الـعـربية Español Français English Deutsch Русский Português Italiano
mardi 9 août 2022
 
 
 
Dossiers

Une délégation du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires sahariennes (CORCAS), conduite par le président du Conseil, M. Khalihenna Ould Errachid, a entamé lundi une visite de quelques jours à Washington, au cours de laquelle elle aura une série d'entretiens avec des responsables américains sur plusieurs questions concernant les provinces du Sud du Royaume.


Au programme de la visite de la délégation du CORCAS, qui se poursuivra jusqu'à vendredi prochain, des réunions avec des responsables politiques, des membres des deux Chambres du Congrès et des dirigeants de plusieurs institutions, think-tanks et ONG basées à Washington.

La délégation devra également participer à une table-ronde à l'université Georgetown et rencontrer la presse américaine et étrangère accréditée à Washington.
La délégation, forte d'une dizaine de membres du CORCAS, dont le secrétaire général et plusieurs vice-présidents, va aussi tenir une rencontre avec la communauté marocaine établie dans la grande région de Washington autour d'un Iftar.

Une délégation du CORCAS s'entretient à la Maison Blanche avec des responsables américains

Une délégation du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS) s'est entretenue, mercredi à la Maison Blanche, avec M. Elliot Abrams, conseiller-adjoint du président au Conseil National de sécurité, chargé du Moyen-Orient et de la stratégie pour la démocratie globale, et M. Gordon Gray, sous-secrétaire d'Etat-adjoint pour le Proche-Orient, chargé du Maghreb.

Ont assisté à cette réunion Mm Mike Doran, directeur principal pour le Proche-Orient au Conseil National de Sécurité, Nicolas Ramchand, directeur pour le Proche-Orient, chargé du Maghreb au Conseil National de Sécurité, Robert Ewing, responsable du bureau Maroc au Département d'Etat, Thomas Riley, ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, et Aziz Mekouar, ambassadeur du Maroc aux Etats Unis. 

La délégation du CORCAS, composée d'une dizaine de membres actuellement en visite aux Etats-Unis, s'est également entretenue avec le congressman Tom Lantos et a eu une séance de travail avec M. John Alterman, directeur du programme Moyen-Orient au Centre des Etudes Stratégiques Internationales (CSIS). 

Des congressmen américains influents avaient exprimé mardi leur appréciation du projet d'autonomie des provinces du Sud proposé par SM le Roi, soulignant que cette formule est conforme aux idéaux et principes démocratiques reconnus mondialement et constitue une ''merveilleuse contribution'' au règlement de la question du Sahara.

  ''Nous allons continuer à oeuvrer pour aider le Maroc à résoudre la question du Sahara'', a assuré Mme Ileana Ros-Lehtinen, représentante de Floride et membre de la commission des relations étrangères qui a, par ailleurs, tenu à souligner que ''la proposition d'autonomie est conforme aux principes que les Etats-Unis cherchent à promouvoir''. 

La délégation du CORCAS, conduite par le président du Conseil, M. Khalihenna Ould Errachid, a par ailleurs rencontré le sénateur Richard Lugar, président de la Commission des affaires étrangères au Sénat, et s'est entretenue avec les représentants Jim Kolbe et Ed Royce, ainsi qu'avec les staffers de la Commission des affaires étrangères du Sénat.

Les membres de la délégation ont également animé une table ronde organisée par le Centre Maghreb, relevant du Centre des études arabes contemporaines (CCAS) de l'Université Georgetown et tenu une réunion à la Brookings Institution notamment avec l'ambassadeur Martin Indyk, du programme des études de politique étrangère de l'institution.

Lors de ces réunions, le président du CORCAS a expliqué que la formule d'autonomie s'inscrit en droite ligne des standards démocratiques de pluralité et de respect des droits de l'homme et constitue la solution idéale pour cette question, en ce sens qu'elle sauvegarde la souveraineté du Maroc tout en accordant aux populations la possibilité de gérer leurs propres affaires.

M. Ould Errachid, qui a mis en garde contre le danger de voir les mouvements terroristes s'infiltrer dans la région aidés par un cocktail périlleux composé de territoires de non-loi, d'immigration clandestine et de trafics d'armes, a rappelé que l'ONU a abandonné l'option du référendum et s'est clairement prononcée pour une solution politique mutuellement acceptable.

Au programme de la visite, qui se poursuivra jusqu¿à vendredi, figure une série d'entretiens avec d'autres congressmen américains et des dirigeants de plusieurs institutions et think-tanks, ainsi que des rencontres avec la communauté marocaine établie dans la grande région de Washington et la presse américaine et étrangère.

La proposition d'autonomie conforme aux idéaux et principes reconnus mondialement
(congressmen américains)

Des congressmen américains influents ont exprimé leur appréciation du projet d'autonomie des provinces du Sud proposé par SM le Roi, soulignant que cette formule est conforme aux idéaux et principes démocratiques reconnus mondialement et constitue une ''merveilleuse contribution'' au règlement de la question du Sahara.

Lors d'une réunion lundi au siège du congrès avec une délégation du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS) conduite par le président du Conseil, M. Khalihenna Ould Errachid, des membres de la Chambre des représentants et membres du ''Morocco Caucus'' au Congrès américain, ont mis en exergue le caractère démocratique et avant-gardiste de cette proposition aux niveaux arabe, africain et maghrébin.

La délégation du CORCAS, composée d'une dizaine de membres actuellement en visite aux Etats-Unis, a eu une séance de travail avec les congressmen Lincoln Diaz-Balart, Philip English, Ileana Ros-Lehtinen, Darell Issa, Ray Lahood, Thadeux McCotter, Robin Hayes, Melissa Hast, Jeff Fortenberry, Mario Diaz-Balart et Geoff Davis. 

M. Lincoln Diaz Balart, qui est président du "Morocco Caucus", a relevé que la réunion se tient à une période où l'agenda du Congrès américain -qui se prépare à suspendre sa session pour que ses membres puissent se consacrer aux élections de mi-mandat prévues en novembre- est des plus chargé, ce qui illustre, a-t-il dit, le respect dont bénéficie le Maroc aux Etats Unis. 

Pour sa part, M. Phil English a qualifié la proposition royale de  "merveilleuse contribution au règlement de la question du Sahara".

Dans une déclaration à la MAP, Mme Ileana Ros-Lehtinen, représentante de Floride et membre de la commission des relations étrangères a tenu à souligner que ''la proposition d'autonomie est conforme aux principes que les Etats-Unis cherchent à promouvoir".

Louant les relations exemplaires qui lient le Maroc et les Etats Unis, deux pays qui ont en commun "la défense des mêmes principes de liberté, de démocratie, et des droits de l'homme", elle a ajouté : "nous allons continuer à oeuvrer pour aider le Maroc à résoudre la question du Sahara".

La délégation du CORCAS a par ailleurs rencontré le Sénateur Richard Lugar, président de la Commission des affaires étrangères au Sénat, et s'est entretenue avec les représentants Jim Kolbe et Ed Royce. Elle a aussi tenu une réunion avec les membres de la Commission des affaires étrangères du Sénat. 

Lors de ces réunions, auxquelles a pris part l'ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, M. Aziz Mekouar, le président du CORCAS a indiqué que la formule d'autonomie s'inscrit en droite ligne des standards démocratiques de pluralité et de respect des droits de l'homme et constitue la solution idéale pour cette question car elle ne fera pas de perdants, en ce sens qu'elle sauvegarde la souveraineté du Maroc tout en accordant aux populations la  possibilité de gérer leurs propres affaires.  

M. Khalihenna Ould Errachid a fait remarquer que ''Le conflit du Sahara n'a rien apporté de positif aux populations de cette région, ni au Maghreb, ni au continent africain", ajoutant que ce conflit a plutôt retardé l'édification du Maghreb arabe, divisé l'Afrique et constitue encore un foyer de tension dans la région.

Il a en outre mis en garde contre le danger de voir les mouvements terroristes s'infiltrer dans la région aidés par un cocktail périlleux composé de territoires de non-loi, d'immigration clandestine et de trafics d'armes. 

Après avoir rappelé l'historique de la création et la composition représentative du CORCAS, M. Ould Errachid a rappelé que l'Organisation des Nations Unies a abandonné l'option du référendum et s'est clairement prononcée pour une solution politique mutuellement acceptable.

Il s'est, dans ce cadre, félicité de la proposition d'autonomie qui s'inscrit dans le cadre des réformes globales entreprises au Maroc sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, ajoutant que la décentralisation est un choix novateur dans le monde arabe. 

Se déclarant convaincu que la population sahraouie dans les camps de Tindouf va opter pour le retour à la mère patrie dès la mise en œuvre de la proposition d'autonome, le président du CORCAS a noté que seules des négociations destinées à mettre fin à ce conflit par l'adoption de l'autonomie sont à même de le résoudre et de réaliser les rêves d'intégration des peuples de la région.

La délégation a également participé à une table-ronde à l'université Georgetown et devra rencontrer la presse américaine et étrangère accréditée à Washington.

La délégation du CORCAS qui a entamé lundi une visite de quelques jours à Washington, aura une série d'entretiens avec des responsables américains, et des dirigeants de plusieurs institutions et think-tanks. 

 La délégation va aussi tenir une rencontre avec la communauté marocaine établie dans la grande région de Washington autour d'un Iftar. 
Outre M. Khalihenna Ould Errachid, la délégation du CORCAS est composée du secrétaire général du conseil, M. Maouelainin Ben Khalihanna Maouelainin et de Mme Kalthoum Khayti,  Mme Gajmoula Abbi,  Moulay Hassana Echarif,  Abdelaziz Abba, M. Aatman Aaila, Omar Bouaida, Sidi Khaddad El Moussaoui, Ali Salem Chaggaf, et Moulay Ahmed Mghizlat. 

Le projet d'autonomie vise l'union et non la séparation (président du CORCAS)

Le projet d'autonomie des provinces du sud du Maroc, qui est conforme aux normes internationales en matière d'autodétermination, vise l'union, la réconciliation et non la séparation, a affirmé le président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS), M. Khalihenna Ould Errachid.

Intervenant mardi lors d'une table ronde organisée par le Centre Maghreb, relevant du centre des études arabes contemporaines de l'Université Georgetown (CCAS), M. Ould Errachid, actuellement en visite aux Etats-Unis à la tête d'une importante délégation du CORCAS, a expliqué que cette initiative est la réponse idoine à un problème qui n'a que trop duré.

''Le discours de SM le Roi du 25 mars à Laayoune annonçant la création du CORCAS a marqué le commencement de la réconciliation'', a-t-il dit lors de la table ronde à laquelle a pris part l'ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, M. Aziz Mekouar. La proposition du Maroc, basée sur le dialogue, le compromis et la réconciliation, est une solution pour tous les Sahraouis, là où ils se trouvent, au Maroc, à Tindouf en Algérie, en Mauritanie, en Espagne ou ailleurs, a-t-il déclaré devant un parterre de professeurs, chercheurs et étudiants qui suivaient avec grand intérêt ses explications.

L'autonomie proposée "vise la préservation de l'identité culturelle des Sahraouis" et elle est "la concrétisation d'un vieux rêve longtemps caressé par tous les Sahraouis" pour "la solution d'un problème qui n'a que trop duré,'' a encore dit M. Ould Errachid. Tous les Sahraouis et tous les peuples de la région veulent voir ce problème résolu pour que toutes les ressources et toutes les énergies soient consacrées à l'édification du Maghreb, a -t-il souligné.

Revenant sur la création du CORCAS qu'il a qualifiée d'"historique", et sur ses prérogatives, M. Ould Errachid a insisté sur la composition du conseil où siègent toutes les sensibilités sahraouies et sur sa mission qui consiste, a-t-il dit, à préparer les conditions politiques, économiques, sociales, diplomatiques et psychologiques nécessaires à l'instauration de l'autonomie. 

Le président du CORCAS a par ailleurs longuement évoqué l'impact négatif du problème artificiel du Sahara sur toute la région, soulignant que ''de  l'avis de tous les pays arabes, des pays islamiques et de la majorité des pays africains, c'est un problème stérile qui n'a rien apporté au Maghreb, sinon entraver sa marche vers le progrès sur les plans politique, social et économique''. 

L'autonomie proposée sera bénéfique non seulement pour les Sahraouis et pour les autres pays maghrébins mais également pour toute la région et pour tout le continent africain, a-t-il dit précisant que cette initiative va modifier les relations économiques dans la région qui deviendra, une fois le problème du Sahara résolu, un pôle d'attraction des investissements étrangers.

Quant à l'accueil réservé par la communauté internationale au projet d'autonomie, M. ould Errachid a expliqué que les puissances mondiales, dont  les Etats-Unis, veulent que l'édification du Maghreb soit concrétisée et que la démocratie et la stabilité règnent dans la région, objectifs qui ne peuvent être atteints qu'avec la résolution du conflit artificiel du Sahara.

La table ronde qui était animée par Talal Belrhiti, directeur de recherche et développement au centre Maghreb, a vu la participation de Mme Barbara Stowasser, directrice du CCAS. 

La délégation du CORCAS, en visite à Washington depuis lundi, a rencontré plusieurs membres du Congrès, qui ont exprimé leur appréciation du projet d'autonomie des provinces du Sud proposé par le Maroc et souligné que cette formule est conforme aux idéaux et principes démocratiques reconnus mondialement. 

La délégation, qui a également tenu une réunion à la Brookings Institution notamment avec l'ambassadeur Martin Indyk, du programme des études de politique étrangère de l'institution, aura une série d'entretiens avec d'autres responsables américains, et des dirigeants de plusieurs institutions et think-tanks. 

Des rencontres avec la communauté marocaine établie dans la grande région de Washington ainsi qu'avec la presse américaine et étrangère accréditée à Washington figurent également au programme de la délégation qui comprend outre M. Khalihenna Ould Errachid, le secrétaire général du CORCAS, M. 

Maouelainin Ben Khalihanna Maouelainin, et Mme Kalthoum Khayti,  Mme Gajmoula Abbi,  Moulay Hassana Echarif,  Abdelaziz Abba, M. Aatman Aaila, Omar Bouaida , Sidi Khaddad El Moussaoui,  Ali Salem Chaggaf, et Moulay Ahmed Mghizlat. 

M. Ould Errachid souligne le rôle de la communauté marocaine aux USA dans la défense de l'intégrité territoriale du Maroc

Les membres de la communauté marocaine =établie aux Etats-Unis ont un rôle important à jouer pour la sensibilisation des responsables, des congressmen et de l'opinion publique américains à la juste cause du Maroc et à la pertinence du projet d'autonomie visant un règlement définitif du conflit du Sahara, a affirmé le président du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS), M. Khalihenna Ould Errachid.

Les membres de la communauté marocaine, notamment ceux jouissant de la double nationalité, doivent faire preuve de dynamisme et de mobilisation pour s'impliquer dans la vie politique américaine, s'organiser dans le cadre d'associations de la société civile et constituer des groupes d'influence pour dialoguer avec les membres du Congrès américain et leurs staffers et les amener à défendre la juste cause du Royaume consistant en le parachèvement de son intégrité territoriale, a-t-il indiqué.

M. Ould Errachid s'exprimait lors d'une rencontre organisée par la communauté marocaine de la région du grand Washington avec une délégation du CORCAS actuellement en visite aux Etats-Unis, en présence de M. Aziz Mekouar, ambassadeur du Maroc aux USA.

Le CORCAS se dotera en octobre d'un site Web pour informer l'opinion publique sur ses missions et réalisations, a-t-il indiqué soulignant la nécessité de contrecarrer les allégations et les mensonges colportés par certains sur la question du Sahara.

Il a invité les Marocains résidant aux USA à user de tous les moyens de communication possibles pour refléter la réalité que vivent les populations des provinces du sud, déjouer les manoeuvres des adversaires de l'intégrité territoriale et défendre le projet d'autonomie, solution idoine pour le dossier du Sahara.

La visite qu'effectue la délégation du CORCAS aux Etats-Unis, "pays ami et allié du Maroc de longue date", s'inscrit dans le cadre de la mission diplomatique du Conseil pour la défense de la juste cause nationale, a-t-il indiqué rappelant que le CORCAS a déjà effectué des visites similaires en Espagne, France, Belgique et au siège de l'Union Européenne.

Il a assuré que les responsables de l'administration américaine et les membres du Congrès, tant républicains que démocrates, et leurs staffers, se sont montrés "réceptifs et compréhensifs au sujet du projet d'autonomie des provinces du sud, qu'ils trouvent conforme aux standards et aux critères légaux internationaux appliqués dans les pays européens démocratiques tels l'Irlande, l'Allemagne, l'Espagne, ou l'Italie". M. Ould Errachid a rappelé que le CORCAS a, entre autres missions, de "montrer à l'opinion publique internationale que contrairement à la propagande qui a persisté 30 ans durant, la majorité écrasante des sahraouis ne se trouve pas dans les camps de Tindouf mais bel et bien dans les provinces récupérées et soutient unanimement l'unité territoriale du Maroc".

Il a souligné que le règlement définitif du problème artificiel du Sahara sera bénéfique et favorisera le progrès et la prospérité socio-économique non seulement du Maroc, mais aussi des pays du Maghreb Arabe et de l'ensemble du continent Africain.

Auparavant, Mme Aicha Afifi, chargée d'affaires à l'ambassade du Maroc aux USA a salué l'initiative prise par les représentants des associations de la société civile maroco-américaine de la région de Washington d'organiser une rencontre, autour d'un repas d'Iftar, avec la délégation du CORCAS. 

Elle a indiqué que la mission du CORCAS consiste à ancrer la culture du dialogue et de la concertation et constituer une force de propositions pour la défense de l'intégrité territoriale et le développement économique, social et culturel des provinces du sud.

Les membres de la communauté, qui sont intervenus lors du débat, se sont déclarés conscients du rôle essentiel qu'ils peuvent jouer pour sensibiliser les faiseurs de décisions et l'opinion publique américains à la cause marocaine et exprimé leur disposition à contribuer à la défense de la marocanité du Sahara et au développement du pays.

La délégation du CORCAS est composée, outre M. Khalihenna Ould Errachid, du secrétaire général du Conseil, M. Maouelainin Ben Khalihanna Maouelainin et de Mme Kalthoum Khayti, Mme Gajmoula Abbi, Moulay Hassana Echarif, Abdelaziz Abba, M. Aatman Aaila, Omar Bouaida , Sidi Khaddad El Moussaoui, Ali Salem Chaggaf, et de Moulay Ahmed Mghizlat.

Le CORCAS poursuit ses contacts à Washington

La délégation du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS), qui se trouve actuellement en visite aux Etats-Unis, a poursuivi jeudi à Washington ses contacts avec les congressmen, les responsables de plusieurs think-tanks et la presse.

La délégation, dirigée par le président du CORCAS, M. Khalihenna Ould Errachid, s'est ainsi entretenue avec d'autres congressmen et a tenu une réunion avec le sénateur Mel Martinez, à laquelle ont assisté l'ambassadeur du Maroc à Washington, M. Aziz Mekouar, et les membres du cabinet du sénateur Martinez.

Dans le cadre de ses contacts, la délégation du CORCAS s'était entretenue mercredi à la Maison Blanche avec M. Elliot Abrams, conseiller adjoint du président au Conseil National de sécurité, chargé du Moyen Orient et de la stratégie pour la démocratie globale, et M. Gordon Gray, sous-secrétaire d'Etat adjoint pour le Proche-Orient chargé du Maghreb.

Composée d'une dizaine de membres, la délégation a également tenu des séances de travail avec les responsables de plusieurs think-thanks basés à Washington. 

Durant les rencontres tenues au Congrès, des congressmen américains influents ont exprimé leur appréciation du projet d'autonomie des provinces du Sud proposé par SM le Roi, soulignant que cette formule est conforme aux idéaux et principes démocratiques reconnus mondialement et constitue une ''merveilleuse contribution'' au règlement de la question du Sahara.

''Nous allons continuer à oeuvrer pour aider le Maroc à résoudre la question du Sahara'', a assuré Mme Ileana Ros-Lehtinen, représentante de Floride et membre de la commission des relations étrangères qui a, par ailleurs, tenu à souligner que ''la proposition d'autonomie est conforme aux principes que les Etats-Unis cherchent à promouvoir''. 

Lors de ces réunions, le président du CORCAS a expliqué la mission du Conseil et le projet d'autonomie dont la formule, a-t-il dit, s'inscrit en droite ligne des standards démocratiques de pluralité et de respect des droits de l'homme et constitue la solution idéale pour cette question, en ce sens qu'elle sauvegarde la souveraineté du Maroc tout en accordant aux populations la possibilité de gérer leurs propres affaires.

Outre M. Khalihenna Ould Errachid, la délégation comprend  le secrétaire général du CORCAS, M. Maouelainin Ben Khalihanna Maouelainin, et Mme Kalthoum Khayti, Mme Gajmoula Abbi, Moulay Hassana Echarif, Abdelaziz Abba, M. Aatman Aaila, Omar Bouaida, Sidi Khaddad El Moussaoui, Ali Salem Chaggaf et Moulay Ahmed Mghizlat. 

La délégation du CORCAS satisfaite de ses entretiens à Washington

La délégation du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS), qui vient d'entreprendre une visite de plusieurs jours aux Etats-Unis, s'est félicitée des résultats ''très positifs'' des contacts et entretiens qu'elle a eus notamment avec les responsables, les congressmen et autres faiseurs d'opinion à Washington.

Le président du CORCAS, M. Khalihenna Ould Rachid, qui a dirigé la délégation, s'est dit ''extrêmement satisfait'' des entretiens qui lui ont permis ainsi qu'aux membres de la délégation d'expliquer aux divers interlocuteurs la composition du CORCAS et la mission qui lui est dévolue et d'apporter des éclaircissements sur plusieurs points, notamment l'adhésion que suscite le projet d'autonomie proposé par le Maroc.

Il a assuré que les responsables de l'administration américaine et les membres du Congrès, aussi bien les républicains que les démocrates, se sont montrés ''réceptifs'' et ''compréhensifs'' au sujet du projet d'autonomie, qu'ils trouvent conformes aux normes et critères internationaux appliqués dans certains pays occidentaux tels que l'Allemagne, l'Espagne ou l'Italie.

Durant les entretiens tenus au Congrès et que M. Khalihenna a qualifiés de "cordiaux" et de "francs", plusieurs congressmen influents ont en effet exprimé à la délégation du CORCAS leur appréciation du projet d'autonomie proposé par SM le Roi, soulignant que cette formule est conforme aux idéaux et principes démocratiques reconnus mondialement et constitue une ''merveilleuse contribution'' au règlement de la question du Sahara.

Lors des différentes réunions, auxquelles a pris part l'ambassadeur du Maroc aux Etats Unis, M.Aziz Mekouar, et que la délégation du CORCAS a tenues avec des congressmen des deux partis, des responsables de l'administration Bush dont, M. Elliot Abrams, conseiller présidentiel adjoint à la sécurité nationale, et M. Gordon Gray, sous-secrétaire d'état adjoint pour le Proche-Orient chargé du Maghreb, et les responsables de divers think-tanks et ONG de la place, dont la Brookings Institution et le Centre des Etudes Stratégiques Internationales (CSIS), M. Khalihenna Ould Rachid a expliqué la philosophie de l'autonomie proposée par le Maroc.

Il a indiqué à ce propos que la solution de l'autonomie permettra aux populations sahraouies de jouir de l'ensemble de leurs droits politiques, économiques, sociaux et culturels, et au Maroc de consolider, sans conteste, sa souveraineté sur ses provinces du sud conformément à la légalité internationale. 

Il a aussi fait remarquer que l'autonomie proposée par le Maroc, un projet unique en Afrique et dans le monde arabe, va baliser la voie à l'édification de l'ensemble maghrébin, une édification si longtemps désirée par les peuples de la région mais si longtemps retardée par un conflit artificiel, résidu de la guerre froide.

M. Khalihenna Ould Rachid, qui a également expliqué la genèse de ce conflit, les tentatives de l'Onu pour le résoudre et les raisons pour lesquelles le référendum d'autodétermination au Sahara s'est avéré inapplicable, a insisté que le projet d'autonomie des provinces du sud est un projet qui vise l'union, la réconciliation et non la séparation, et est basé sur le dialogue, la négociation, et le compromis.

L'autonomie proposée, a-t-il expliqué, sera bénéfique non seulement pour les Sahraouis et pour les autres pays maghrébins mais également pour toute la région et pour tout le continent africain.

La délégation qui comprend, outre M. Khalihenna Ould Errachid, le secrétaire général du CORCAS, M. Maouelainin Ben Khalihanna Maouelainin, et Mme Kalthoum Khayti, Mme Gajmoula Abbi, Moulay Hassana Echarif, Abdelaziz Abba, M. Aatman Aaila, Omar Bouaida, Sidi Khaddad El Moussaoui, Ali Salem Chaggaf, et Moulay Ahmed Mghizlat, a également participé à une table ronde organisée par le Centre Maghreb, relevant du centre des études arabes contemporaines (CCAS) à l'Université Georgetown, et a tenu des réunions avec la communauté marocaine de la grande région de Washington.

Lors de cette visite dans la capitale fédérale américaine, Khalihenna Ould Errachid a accordé des interviews à plusieurs médias américains ainsi qu'à des journalistes étrangers accrédités à Washington. 

 

 Le site n'est pas responsable du fonctionnement et du contenu des sites web externes !
  Copyright © CORCAS 2022